Mad’Trail 62km, vraiment un trail de Fou ?

62km, 3650m D+, voici le menu du Mad’Trail (Mad comme le col de la Madeleine, mais peut-être aussi dans sa version anglaise).

profil modif

Complétement novice sur cette distance, mon plus gros trail : 37km et 1500m D+ dans le Beaujolais 6 semaines auparavant.

20190714_041638

 

Départ à 4h30 à la lumière de la frontale, grande première pour moi encore. Moins de 200 fous au départ. Il fait assez frais, 9-10°C. Je me rends compte que 90% des participants ont des bâtons, mais pas moi, vais-je le regretter?

 

 

 

On traverse Valmorel et au bout de 500m, direct première montée.
650m D+ en 6km pour atteindre le col de Gollet à quasi 2000m. L’ascension est plutôt régulière, dans un terrain facile donc relativement facile.
Ce col est le lieu du 1er ravito.

Puis s’enchaine le col de Creve-Tête point culminant du parcours à 2350m : 1.7km pour gravir les 350m de D+ entre les 2 cols, ça pique. La fin est terrible, ça ressemble plus à de l’escalade qu’à de la course à pied, mais quel point de vue !

Il est 6h05 et le soleil se lève.

20190714_060649
Plein de trailers touristes
20190714_060655
Il porte bien son nom
20190714_060705
20190714_060717
20190714_060740

Je profite de la vue pendant 5 minutes (oui oui je fais un peu le touriste).
Et m’élance dans la descente vers Valmorel, dans un premier temps sur les crêtes puis dans la forêt.

20190714_062056
Sympa le chemin
20190714_062047.jpg

Retour à Valmorel à 7h45 (3h15 de course) pour le ravito 2.

66921272_2075415312762203_7609625258923917312_o

Puis on enchaine sur l’ascension du col de la Madeleine qui se fait en 3 temps. 300m D+ pour commencer, une zone plate de 4 km au milieu puis les 400m D+ restant. La 2eme ascension est assez sèche mais le terrain n’est pas vraiment technique. Par contre l’altitude joue sur les capacités respiratoires.
Le soleil commence à taper, heureusement que ce n’est pas une température caniculaire.
km 29: ravito 3, col de la Madeleine (2000m) à 9h45 (5h15 de course), déjà 2000m D+ de fait. Je suis heureux, le mental va et niveau jambes c’est plutôt correct.

20190714_094216
20190714_093602

S’ensuit une partie que je n’avais pas du tout anticipé et visualisé mentalement. Sur le tracé, ça semblait plutôt facile. 10km, seulement 450m de D+, surtout du D-. Mais il s’avère que c’était en grande majorité dans des pierriers. Donc oublié la course, il faut se mettre en mode marche.

20190714_095335
20190714_104856
Le Mad’Trail porte bien son nom ici !


C’est dur, heureusement que le paysage est superbe. On repasse par une petite pointe à 2200m d’altitude.

20190714_111216


Je bats mon record de lenteur sur 1 kilomètre : 26 minutes ! Il me faudra quasi 2h30 pour me sortir de ce « piège ». Mon litre d’eau n’a pas suffit. J’arrive un peu carbonisé et déshydraté au ravito 4 du Pont Botto au km 39, il est 12h10 (7h40 de course).

On enchaine sur 3.5km de montée pour 600m D+, ca grimpe sévère, terrain abordable mais vraiment pentu.

20190714_130858
20190714_133813

 

20190714_135201

 

Puis redescente, mon genou gauche commence à montrer des sérieux signes de faiblesse, ma vieille tendinite du Fascia-Lata commence à se réveiller et j’ai les quadriceps en feu, je galère plus en descente qu’en montée… et suis en mode marche.

 

 

 

 

Ravito 5, refuge Logis des Fées km 44.5 à 14h (9h30 de course). Il reste 18km et je pense ne plus pouvoir recourir d’ici la fin, ça va être long.

Mais je sais que ma femme et mes 2 gamins m’attendent au prochain ravito (km 55) et ça me motive ! 11km plutôt descendant dans les bois. Je n’arrive pas à courir, je parcours cette distance quasiment tout seul. C’est long… Ma montre tombe en rade de batterie, je perds certains repères, je perds un peu la notion du temps.
J’essaye d’être toujours concentré pour éviter une blessure bête ou de me perdre (même si le parcours est bien balisé).

Kilomètre 53, surprise, un petit ravito improvisé. Il semblerait qu’il y ait pas mal de participants en difficulté et l’organisation a décidé d’ajouter ce ravito.

Ravito 6: Doucy km 55 à 16h20 (11h50 de course). Voir ma famille me fait vraiment du bien, ça me remonte le moral et je me dis que je vais vraiment pouvoir terminer ce trail. Plus que 7km qui sont plutôt plats.
De plus, Valmorel est en vue.

20190714_172555
Valmorel en vue !


Je commence à réaliser que je vais terminer cette course.

Dernière difficulté à 2km de la fin, une petite bosse dans la forêt dans un mini ruisseau à prendre tout en douceur pour éviter une éventuelle chute.

Valmorel grossit, je me rapproche, on longe la ville. L’organisation nous fait prendre une vingtaine de marches d’escaliers (les c****), et c’est le final, la traversé ultime de la station, je me fais un peu violence et me mets à trottiner pour ces quelques hectomètres. Beaucoup d’applaudissements, des bravos, bref j’en ai encore des frissons en écrivant cette phrase.

67302094_2075305576106510_4079756685344768000_o

Je passe la ligne, il est 17h40, j’ai mis 13h10 (on avait 15h maxi pour terminer). Je suis tout simplement heureux. Je suis venu à bout de ce défi.

Je récupère fièrement mon maillot de finisher.

20190714_174607

Cette course m’a permis clairement de connaitre mes forces et surtout mes faiblesses.
Déjà sur le cas des bâtons, c’est difficile de savoir si ça m’aurait rendu la tâche « plus facile ». Mais leur utilisation demande beaucoup d’entrainement que je n’avais pas.

Point fort : clairement la montée et plutôt assez raide. Je marche rapidement, j’ai un rythme cardiaque plutôt bas et m’essouffle moins rapidement que les autres participants autour de mon moi (je parle bien entendu des coureurs de mon niveau, pas des fusées de l’avant).

Point faible : la descente. C’est encore plus clair que pour mon point fort. Je manque vraiment de technique, mes terrains d’entrainements sont trop « faciles » et mes quadriceps ne sont pas assez musclés. Je pense que ça pourrait expliquer ma douleur au genou, car ils étaient obligés de compenser mes cuisses déficientes.
J’ai perdu énormément de temps sur les descentes.

Le gros objectif de l’année est passé. Pour la suite de 2019, pas de gros programme défini, quelques courses sympas autour de chez moi. Peut-être une ultime belle course en octobre, mais c’est encore loin.

3 thoughts on “Mad’Trail 62km, vraiment un trail de Fou ?

  1. Félicitations ! Tu as terminé, tu a appris des choses sur toi et tu sais ce qu’il faut travailler. Merci beaucoup pour ce partage… récit et photos.

  2. J’hallucine toujours quand je vous vois faire des journées entières de trail ou plus 👍
    Tu as été bien courageux et j’espère que tu vas bien récupérer 😉

  3. Bravo pour la réussite. De belles photos. Un super récit qui donne envie. Pour ma part, je considère que les bâtons sont une aide. Je n’en prend donc jamais. Vu ce que tu expliques, je vais être prudent à la 6000D.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.