PARIS-SAINT-GERMAIN-EN-LAYE : LE ZÈBRE ET LA FUSÉE !

Cette course n’était pas prévue au programme mais je voulais la courir depuis longtemps et ça tombait bien puisqu’il s’agissait de la 10ème édition. Je m’y suis donc inscrit. La veille, j’étais à l’auxilium, je ne savais donc pas dans quel état physique j’allais débuter la course.

Ce jour-là, je dois retrouver Lionel et Christian au jardin d’acclimatation. RER direct Charles de Gaulle étoile puis ligne 1 jusqu’aux sablons. J’ai revêtu mon ami de lumière, euh pardon de zèbre !

Il était annoncé de la pluie mais le temps reste clément. Lorsque j’arrive sur les lieux, il y a du monde et deux autres personnes déguisées en indien, je crois. Je viens de faire ma vidéo pour le clan et rejoins le départ. Et là, je vois un tee-shirt de végan marathon bien en vu, il s’agit de Christian, le coach de Jocelyne. Nous échangeons un peu et vu le temps qu’il vise, je fuis et part à la recherche de Lionel. Je le trouve quelques instants plus tard. Il se fixe comme objectif de courir en moins de deux heures. Je lui propose d’être le lièvre (10 km/h sur 20 km ça me va) ce qu’il accepte. J’adore aider les autres à réaliser leur objectif qu’il soit chronométrique ou d’être finisher. Je détermine la stratégie envisagée et Lionel acquiesce.

Le départ est donné. Nous partons à un environ 10,1, 10, 2 km/h ce qui est bien s’il l’on prend en compte les ravitos. Toutefois, je dois retenir Lionel pour qu’il garde le rythme imposé dans l’objectif d’un négative split. Bon, ça va, il sait que c’est nécessaire pour réaliser un temps. Je sais que nous allons trouver une jolie côte au Mont-Valérien mais quand on a goûté à celles du radicassant sur 48 km, ce n’est pas très impressionnant et c’est jouable. Je vais m’efforcer de guider Lionel en lui conseillant de ralentir tout en continuant à courir régulièrement. Nous sommes entre 8 et 9 km/h voire en dessous mais cela nous permettra de relancer plus facilement dans les descentes et sur le plat. Au 9ème km, j’ai des fourmis dans les jambes et j’accélère légèrement. Lionel me suit. Nous arrivons au 10ème km. Je lui conseille de bien se ravitailler, de marcher, de respirer pour mieux repartir. Sa course commence ici. Je lui dit d’aller devant, de ne pas m’attendre pour atteindre son objectif voire de faire un RP.

Pour ma part, je ne le suivrai pas, j’ai couru la veille et mon seul but est d’être finisher juste pour la médaille. Des choses sympas sont dites à mon passage «Le zèbre, y’a des lions derrières», Moi «t’inquiètes pas, je les ai semés comme souvent», lorsque je marche et que la fatigue se fait un peu sentir «allez le zèbre, tu vas y arriver, tu vas finir» moi «t’inquiètes, je vous rattraperai, y’a pas de soucis et merci». Je sens bien qu’ils n’y croient pas trop et sont compassionnels mais lorsque j’arrive à leur hauteur « ah ben si, il est revenu le zèbre », Moi « eh oui ». Ambiance très sympathique mais je les double et poursuit ma route, j’ai accéléré et maintient le rythme à 11, 11,5 km/h. Au 17ème km, un ravito supplémentaire pour bien terminer la course mais je ne m’y arrêterai pas. A deux kilomètres de l’arrivée, c’est le drame : une belle côte pour rejoindre le château et donc l’arrivée. Je veux finir en moins de deux heures et je ralenti pour économiser l’énergie nécessaire qu’il me faudra pour relancer. Je cours entre 7,5 km/h et 8,5 km/ h dans cette pente. Je me relance à 700 m de l’arrivée et là, je lâche les chevaux. Je termine en moins de deux heures. Heu-reux !

Je reçois ma médaille bien méritée, espère que Lionel a explosé son RP sur cette distance, me ravitaille au maximum et essaie de le retrouver. Je le vois, me dirige vers lui. Il est avec une de ses connaissances qu’il me présente et qui a fini 2ème du 10 km. L’élite, en fait. Une personne humble cependant, à la conversation intéressante. Nous prendrons quelques photos puis, avant de me séparer de Lionel et de rejoindre le RER, nous referons la course et échangerons quelques mots autour d’un café que nous avons failli ne pas payer mais ça c’est une autre histoire !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.