« C’est quoi cette bouteille de lait? »

Astrid démonte les clichés : « C’est quoi cette bouteille de lait? »

« La mer contient du sel !! »

C’est 100% vrai et totalement irréfutable. Et surtout, cela ne nous apprend rien sur les océans, les interactions qui s’y passent ou les pollutions qui s’y trouvent.

Dire que les produits laitiers contiennent du calcium, c’est à peu près la même chose. C’est vrai. Tout autant que d’affirmer que notre organisme a besoin de calcium. En revanche, déduire à partir de là, que les produits laitiers nous sont indispensables, au nom de ce fameux calcium, c’est un beau raccourci publicitaire. Cela équivaudrait à dire que, puisque la mer contient du sel, et qu’on trouve du sel sur les tables des maisons, la mer est donc… une salière!

Ça sent le sophisme à plein nez, vous ne trouvez pas?

Quand on mange, on n’ingère pas un nutriment, mais des aliments qui contiennent de nombreuses substances qui seront activées dans notre corps. Et dans le cas des produits laitiers, beaucoup de ces substances induisent des problèmes de santé.

En effet, des études indépendantes ont révélé tout un panel d’effets négatifs liés à la consommation de lait (et dérivés), allant de l’acné disgracieuse, jusqu’au développement de certains cancers.

Mais comment cet aliment « tellement naturel » peut-il provoquer tous ces dégâts dans l’organisme?!

C’est ce que je vais tenter d’expliquer de façon simple et claire dans cet article.

1. Le lait et les troubles inflammatoires

 » Il faut savoir que les protéines de lait de vache sont l’un des antigènes les plus puissants de l’alimentation humaine. C’est-à-dire qu’elles déclenchent la réaction la plus marquée du système immunitaire. Dès que notre organisme est en contact avec des protéines de lait de vache, il produit des anticorps dirigés contre ces protéines. » 1

En d’autres termes, la consommation de produits laitiers déclenche une réponse inflammatoire de l’organisme. Et quel est le lien entre -disons- l’acné, l’asthme, l’eczéma et les rhinites? Ce sont des troubles inflammatoires…. (et la liste n’est pas exhaustive). Sans compter que, si vos anticorps sont déjà occupés à combattre les protéines du morceau de fromage que vous avez ingurgité à midi, ils seront beaucoup moins nombreux et efficaces à pouvoir encercler le vilain virus de la grippe que Jean-Godefroy (encore lui !) vous a refilé à la machine à café !

2. Le lait et l’obésité

Manger des produits laitiers, quels qu’ils soient, favorise la prise de poids et inhibe le déstockage.

Vous avez probablement déjà entendu dire que tous les gras ne se valent pas: il y a les « bons gras » et les « mauvais gras », les acides gras trans et saturés, ceux qui favorisent le stockage excessif dans notre organisme, bouchent nos artères et sont les principaux facteurs de maladies cardio-vasculaires. Les produits laitiers contiennent ces mauvais gras en masse.

Ajoutez à cela deux éléments :

– le lait contient des sucres (lactose, galactose). L’hormone de régulation du taux de sucre dans le sang est l’insuline: quand on mange, on libère de l’insuline. Normalement, plus ce qu’on mange contient de sucres, plus on libère d’insuline. Or, dans le cas du lait, bien qu’ayant un index glycémique relativement bas – de 27 à 30/100 – le lait fait grimper le taux d’insuline dans le sang de façon impressionnante et le maintient à un niveau élevé sur une longue période. 1

L’insuline est également une hormone de stockage : tant qu’il y a de l’insuline dans notre sang, on ne peut pas déstocker nos réserves.

– enfin, grâce au lait de sa maman, un veau/une génisse dépasse les 250 kg à 6 mois. Ce qui est une excellente nouvelle quand on est un.e bovin.e. Beaucoup moins quand on est une humaine qui voudrait bien maintenir un poids de forme. Cette formidable croissance cellulaire est possible grâce à une hormone présente dans le lait et spécialement adaptée aux bébés poilus avec des sabots : l’IGF-1.

3. Le lait et les cancers

Cette fameuse hormone de croissance, l’IGF-1, fait donc grandir les cellules de façon spectaculaire. Toutes les cellules. Même celles dont on se passerait bien: je veux parler des cellules cancéreuses qui, au contact de cette hormone, se multiplient aussi vite que les accidents de VTT autour d’un chasseur.

Par ailleurs, le taux d’IGF-1 assimilé par l’organisme serait fortement augmenté par la présence d’une des protéines du lait: la caséine. Et oui, les nutriments de notre nourriture n’agissent pas de façon isolée : ils interagissent entre eux, pour le meilleur ou pour le pire…

Le Dr T. Colin Campbell déclare:  » Lors de nos expériences, nous avons découvert que la protéine de lait, même à des niveaux de consommation raisonnables, favorise nettement la progression du cancer. » 2

Les produits laitiers sont aussi mis en cause dans d’autres maladies modernes: notons, par exemple que ce sont dans les pays où l’on consomme le plus de produits laitiers qu’il y a le plus de cas d’ostéoporose (contrairement à ce que le mythe publicitaire aimerait nous faire avaler…).

Mais alors « Et mon calcium? » me direz-vous, « où est-ce que je vais le chercher? ». Je vous renvoie pour cela vers l’article sur les nutriments dans l’alimentation végétale #2, qui rappelle aussi très bien le rôle de la vitamine D dans l’assimilation du calcium (quelle que soit notre alimentation). A cette liste non-exhaustive, on peut également rajouter les eaux minérales et les légumes secs, entre autres.

Pour conclure, dire que le lait contient du calcium n’en fait pas une bonne raison pour consommer des produits laitiers: après tout, même le tabac possède des effets bénéfiques. Fumer détend. Et puis tous les fumeurs ne contractent pas de cancer des poumons. Est-ce pour autant que l’on devrait conseiller aux gens de fumer pour obtenir l’effet « détente » ? Je ne crois pas.

Tout comme le tabac, le lait contient de nombreux agents actifs aux effets délétères pour nos organismes humains. Par conséquent, mieux vaut aller chercher son calcium ailleurs que dans une bouteille de lait.

 » La plus grande réussite des marques du secteur laitier est de nous avoir convaincus que leurs produits sont notre meilleure source de calcium, si ce n’est la seule. » Erwann Menthéour, Et si on arrêtait de se mentir?

Astrid

 

Références et bibliographie:

1. Blog Green Zone Tahiti, article La face cachée du lait (tomes 1 à 4) – Réale Couchaux ;

2. Le régime Campbell, pour une alimentation 100% végétale, Dr T. Colin Campbell ;

Mieux manger peut vous sauver la vie, Dr Michael Greger ;

Et si on arrêtait de se mentir, Erwann Menthéour ;

– vidéo youtube Introduction à la nutrition végétale (2/2), Chloé Tesla et Dr Jérôme Bernard-Pellet ;

– cours Les fondements nutritionnels, Collège des médecines douces du Québec.

Crédit ✏️: Caroline Mézin

Crédit 📷: Peta, Google

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.