TRAVAILLER SON MENTAL

Fin 2016, je m’entraînais sérieusement pour être Finisher de l’écotrail de Paris. Le 27 janvier 2017, je faisais une crise tonico-clonique et était conduit par les sapeurs-pompiers à l’hôpital Bégin pour y faire des examens. Cela m’était déjà arrivé en 2013 mais les recherches de la cause n’avaient rien données. Cette fois-ci, la neurologue m’a diagnostiqué une petite épilepsie nécessitant donc un traitement. (pour enfant prépubère, cela dit en passant). Bien entendu, il m’était interdit de faire des efforts intenses, style marathon ou fractionné. Lors de la chute, je m’étais luxé l’épaule, il était donc impossible de prendre le départ de l’écotrail à mon grand regret. Mais comme j’ai la tête dure et que j’avais payé une centaine d’euros pour être au marathon de Paris et que ça allait mieux, j’ai décidé d’en prendre le départ en ayant comme objectif juste de le finir. Laurence était inquiète et je lui avais promis que s’il arrivait quoique ce soit, j’arrêterais.

100_1014
2014 (luxation pareil 2017-2013)

Ce jour-là, il fait déjà 17 degrés à 9 h 00 du matin. Je commence à courir et les vertiges que j’avais ressenti lors de mes précédents malaises refont surface. Je peste, me dit que je vais prendre le métro à Bastille et puis rentrer en terminant encore sur un échec. Eh bien, non, je me dis que je vais le faire en marchant. Je continue à marcher puis je tente de recourir tout doucement. Je prie pour que je puisse aller au bout et ça marche. Je cours à nouveau, boit et m’asperge d’eau à chaque ravitaillement, profite de chaque moment et finit en 5 h 00. Près de l’arrivée, je vois dans le dos d’un concurrent (en fait une concurrente, je le découvrirai après) qu’il porte le même tee-shirt que moi, je décide de l’aborder pour taper dans la main de la personne pendant que quelqu’un me parle. Je saurai plus tard qu’il s’agissait de Carole et Émir des lapins Runners.

  Xavier 2                Xavier

Lors d’un entraînement fin 2017, un grand gaillard voit mon tee-shirt et me lance un « tu connais Carole ? ». Euh, non je ne connais pas de Carole. Il me dit, tu connais les lapins ? Les lapins, quels lapins ? Va regarder sur youtube, tu mets les lapins Runners, tu verras. OK, pas de soucis. Plus tard, je regarderai leurs vidéos, puis me dirai que ce prénom Émir ne m’est pas inconnu. J’adresse donc un message à Émir en lui demandant si ce n’était pas lui qui m’avait interviewé en 2016 sur le marathon de Sénart. Bingo ! A partir de ce moment-là, nous avons renoué et c’est là que je me suis dit « Et pourquoi pas ? ». En 2005, lors de mes 40 ans, après avoir fait plusieurs marathons, je me suis dit pourquoi pas un 100 km. Laurence et moi venions de perdre Zélie et nous voulions aussi lui rendre hommage en portant un tee-shirt à son effigie. Laurence m’accompagna jusqu’au bout en vélo, le pari fut réussi. J’étais centbornard. Les années ont passées puis comme cela avait été difficile, je ne voulais pas tenter à  nouveau l’expérience. Mais en regardant les vidéos des lapins runners en boucle, cela m’a remotivé pour me lancer les défis les plus fous. Alors pourquoi ne pas recommencer en étant végan ? Bingo !

Arrivée 19 h 42

Leurs vidéos m’ont tellement inspiré que j’ai décidé d’enchaîner plus ou moins comme ils le faisaient en me disant : « est-ce que je vais y arriver ? ». Inscrit au semi marathon de Cernay-la -ville, aux foulées de Vincennes, compétition et populaire, (2*10 km), aux foulées charentonnaises (15 km), à l’écotrail de Paris 80 km, au marathon de Paris, à la no finish Line, au marathon de Sénart, à quelques trails courts et le défi le plus fou : Le grand raid ultra marin : 177 km. Je passais de 57 km à 177 km, 120 km de différence. C’était à la fois inquiétant mais aussi euphorisant. Je me disais : « Mais comment je vais faire ? ». J’en ai parlé avec Carole et Émir et puis j’ai élaboré une stratégie. Le départ étant à 18 h 00, dormir un maximum la nuit précédente et la journée du départ.

Départ 6 h 00 du matinElle s’avérera payante même si j’abandonnerai à un semi de la ligne d’arrivée. Tout le long du parcours, j’ai pensé que je courais pour toutes les espèces animales que l’on fait souffrir, mais je pensais aussi à mon grand-père qui était à Dunkerque entre mai et juin 1939 et je le voyais attendre d’embarquer sur les bateaux britanniques, les jambes dans la flotte à attendre pendant des heures (voir le film Dunkerque, mon grand père l’a réellement vécu) alors je me disait que si lui a supporté ça, sous le tir des chars et des avions ennemis, ce que je vivais à ce moment-là n’était rien à côté. Je précise aussi que j’ai vu la mort arriver lors d’une de mes interventions en 2010.

Xavier fait signe de la main

Mon chauffeur a eu 3 secondes pour éviter le véhicule qui arrivait en face sur la voie de gauche. Je me suis vu blessé physiquement, voire mort. Mais le réflexe de mon chauffeur a laissé tout le monde indemne. Que de la casse matérielle. Cela aussi, ça forge le mental. Résultat : 156 km parcourus, jamais je n’avais réalisé un tel exploit. A l’automne, j’ai eu quelques regrets sur ces semi-échecs et je me suis inscris à la Saintélyon. Ils avaient rajouté 9 km et un peu de D+ et de D- (2000 et 2400), il fallait courir environ 7 h 00 la nuit et le temps a été identique à celui de l’écotrail ce qui nous a fait patauger dans la boue, subir pluie, le vent et un peu de froid. Je m’étais dit que si j’étais finisher, j’aurai augmenté mon mental pour les prochains ultras. Pari réussi.

Papy 2ème en commençant à droite de la photo
Mon grand-père : Le 4ème en partant de la gauche ou le 2ème en partant de la droite

Tout ça pour dire quoi ? Que je n’aurais jamais imaginé faire de telles distances sans les lapins runners et un mental qui est maintenant en béton armé. Pour l’ultra marin, j’avais en tête deux devises : « Courage, volonté, détermination » et « Humilité, modestie » et je rajouterai « abnégation ». Depuis le marathon de Paris 2017, je fais une petite prière spirituelle qui m’aide beaucoup.

1040091-france-gb-dynamo

J’ai réussi mes meilleures performances à 53 ans et ce n’est qu’un début. En étant sérieux sur la préparation, les phases de repos…, les soins, la récupération. Mais si moi je peux le faire, tout le monde en est capable. C’est bon pour l’estime de soi lorsque l’on manque de confiance, c’est bon pour l’esprit, c’est bon pour le corps. En revanche, pour ma part, tout est réfléchi, organisé de manière à réussir. Pour le marathon de Rennes où j’ai fait un nouveau record personnel, je me suis dit que je m’occuperais du physique plus tard. C’est le mental qui m’a permis de battre mon propre RP. Pour la Saintélyon, je comptais au fur et à mesure (9*9 =81) en me disant que lorsqu’il resterait 20 km, c’est là qu’il faudrait continuer pour vaincre la malédiction des Finishs et ça a marché. Si vous voulez en savoir plus, le mieux est de regarder et d’écouter les lapins runners mais aussi quelques youtubers ultratrailers confirmés. (Djodei, Jérémy, de C’est bien d’être bien, Curren vegan, Jfeet, Ducky run, Elisa is running, La licorne, tous ne sont pas vegans mais ont quelques beaux ultras à leur actifs.

49074609

Petit message personnel à JC : « Je suis sûr que tu vas être finisher du 32 km des gendarmes et voleurs de temps parce que je crois en toi et que je serai à tes côtés. C’était aussi mon premier trail en 2006 (j’avais fait juste deux cross avant de 7 à 8 km environ, si tu peux mettre cela dans ton programme, ça peut peut-être être utile) et je n’ai pas eu de problème pour le réussir, le but c’est d’être finisher, rien d’autre !Dans mon souvenir, les barrières horaires sont larges ». Croyez en vous et vous déplacerez des montagnes et pas seulement en sport. J’aime bien cette devise de Mark Twain : « Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait »

Xavier Cornet

2 thoughts on “TRAVAILLER SON MENTAL

  1. Oh la la
    Tu me donnes des ailes et tu me donnes des rêves…
    Bravo Xavier
    J’ai vraiment hâte de te rencontrer
    Bizzzzzzzzz 😉

Répondre à Sannier Ophélie Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.