LE LIÈVRE, LE ZÈBRE ET MANDY

Vendredi 16 novembre 2018

J’avais convenu avec Mandy d’aller récupérer son dossard. J’ai sa carte d’identité et le numéro dossard. Je vais en profiter pour récupérer nos Buff et mon tee-shirt. Je me rend donc à Boulogne-Billancourt au gymnase biodiversité. Après avoir récupéré le dossard, je fais le tour du salon, je m’arrête quelques instants au stand de l’écotrail et puis je tourne les yeux et là, je vois de belle toiles de peinture et constate qu’elles sont de Vincent Dogna. J’en ai entendu parler grâce aux lapins runners. Nous avons échangé quelques mots, pris un ou deux selfies. Très belle rencontre.

bty

Dimanche 18 novembre

Mandy a passé la nuit précédente chez Maïté. La veille, nous avons convenu d’un rendez-vous au RER Fontenay sous bois à 7 h 45. Cette fois-ci, j’ai décidé de me déguiser comme je l’avais fait au marathon de Paris. Cela prend 15′ environ. Les couleurs amérindiennes qui recouvrent mon visage sont le blanc pour le deuil, le rouge pour le bonheur et la beauté, le noir pour la joie. Et quelle joie de retrouver une grande partie de l’équipe quasi parisienne de végan marathon. Bon, je ne suis donc pas très en avance mais en fait, je serai à l’heure lorsque je rejoindrai Mandy. Je ne la vois pas dans le hall de la gare. En fait, elle se trouve à l’autre entrée. Elle me rejoint et nous échangeons quelques mots. Nous en profitons pour faire un selfie et publier sur coaching.

dav

Nous avons rendez-vous à 9 h 00 précise devant l’espace Landowski à Boulogne-Billancourt. Lorsque nous arrivons, nous sommes les premiers. Mandy doit déposer ses affaires à la consigne. Et puisque personne n’est là à part nous, nous décidons d’aller prendre un café. Nous revenons au lieu du rendez-vous, toujours personne. Je propose un léger échauffement à Mandy et nous courons tranquillement en rond dans le carré imparti. Eh oui, difficile de sortir et de rentrer avec la sécurité mise en place. Après quelques foulées, nous décidons finalement de nous mettre au soleil et d’attendre. Nous montons sur un petit muret pour avoir une meilleure vue sur les arrivants. C’est alors que se présentent Anaïs et Maxime qui sont légèrement en retard et découvrent en fait qu’ils ne le sont pas. J’appelle Maga pour dire ou nous sommes et voir ce qu’il en est. Il nous dit que Jocelyne et et Genfi sont devant le sas. Je demande aux autres de rester sur le point et je vais les chercher pour rassembler tout le monde. Nous faisons quelques photos pendant que Genfi nous rejoint. Il ne manque plus que Bill. 10′ avant le départ, Mandy et moi-même décidons de rejoindre nos SAS. J’ai fait treize bornes la veille et je devais me trouver dans le sas 1 H 45. Mais pour moi, c’est une préparation en vue de la Saintélyon, je décide donc d’accompagner Mandy sur son premier semi-marathon. Nous convenons d’une allure de base, la sienne, 9,5-10 km/h. Le départ est donné.

départ semi maratohn de boulogne billancourt

Mandy a une foulée souple et régulière qui me convient parfaitement. Nous somme sur une allure de croisière. Revêtus de nos tee-shirt végan marathon, nous ne manquons pas de prendre la pose devant les photographes que nous croisons à plusieurs reprises et qui se trouvent le long de la route. Nous arrivons au 5ème kilomètre. Je demande à Mandy si elle compte s’arrêter au ravito, elle me répond que non. Nous poursuivons notre route. J’ai trois couches de vêtements et je commence à avoir chaud. Je teste l’ensemble du matériel en vue de la saintélyon. Aux abords du 10ème, Mandy s’arrête un peu et moi, j’en profite pour me mettre à l’aise et me libérer de la chaleur. J’ai dit à Mandy d’aller devant et de ne pas m’attendre. Je repartirai à une allure entre 11 et 11, 5 km/h pour la retrouver au 14ème km. Jusque là, c’est moi qui la suivait et après, je lui ai demandé de se raccrocher à mon panache noir et blanc de zèbre-lièvre. Elle le fit un certain temps puis commença à faiblir et à ressentir la fatigue aux alentours du 17ème km. Elle finit par marcher. Je la laissai faire pour qu’elle puisse souffler un peu mais je ne l’ai pas lâchée d’une semelle et l’ait encouragée à courir à nouveau. Je lui ai expliqué que tout était dans le mental, que le physique n’avait aucune importance, qu’on le gérerait après la course. Elle a eu la volonté de continuer. Je sais que ce fut dur pour elle mais elle a tenu jusqu’au bout. Je l’ai amenée jusqu’à la ligne d’arrivée en moins de 2 H 05. Elle visait 2 h 15, elle a explosé le compteur et a fini en…2 h 05. Elle est sortie de sa zone de confort malgré la fatigue et les douleurs physiques. Tout le mérite lui revient. C’est ça, l’esprit d’équipe. Rendez-vous pour l’annonce, la présentation et la course unique de la Saintélyon.

bty

100_2885

Xavier Cornet alias LE ZEBRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.