Huit kilomètres sur la voie verte

La voie verte en question, c’est une piste de 13 km qui s’étend de Châlus à Oradour-sur-Vayres en Limousin (Haute-Vienne), une ancienne voie ferrée désaffectée et réaménagée pour les promeneurs, randonneurs, coureurs, cyclistes, rollers… bref, un parcours tranquille en toute sécurité qui croise seulement de loin en loin quelques toutes petits routes avec de très rares automobiles. Une journée ensoleillée aujourd’hui parfaite pour aller courir et remplir la mission donnée par Squadrunner, des arbres encore flamboyants dans leur feuillage d’automne pour la plupart. Châlus, c’est la petite ville qui abrite le château où Richard Coeur de Lion, duc d’Aquitaine, roi d’Angleterre, est mort, tué par un carreau d’arbalète d’après la légende, alors qu’il venait reconquérir les territoires perdus après son périple en Terre Sainte pour les besoins de la troisième croisade et après son emprisonnement en pays germanique. Châlus est situé à un point stratégique sur la route entre Limoges et Périgueux.

Je connaissais déjà cette voie, par ailleurs partie intégrante du GR4 qui relie Grasse à Royan, pour y être allé une fois que je souhaitais m’essayer au roller ce qui se conclut par une gamelle monumentale. Le problème du roller, c’est que sur le plat, tout va à peu près bien, mais dès que ça monte et surtout que ça descend un peu, il faut pouvoir freiner ce qui n’est pas si simple quand on débute. Le dénivelé sur la voie reste pourtant faible, une cinquantaine de mètres entre le point le plus élevé et le point le plus bas, dans ces parages qui contournent les monts de Châlus (modestes et charmantes montagnettes boisées de châtaigniers de l’ouest limousin, premiers reliefs en venant de l’Atlantique dont le point le plus haut est situé au Puy de Courbefy à 560 mètres de hauteur environ), mais c’est suffisant pour que la piste oscille entre légères montées et descentes parfois délicates en roller. Pour le coureur à pied, tout va bien de ce côté, et en effet, j’ai attaqué mon aller-retour (4 km dans chaque sens, au départ de Châlus) par une petite descente qui m’a bien mis en jambes et m’a donné du coeur – je préfère toujours attaquer par une difficulté moindre pour que le coeur monte tranquillement en rythme. Je m’arrête de temps en temps quelques secondes pour prendre une photo, je croise quelques personnes qui se promènent, quelques-autres avec des chiens, d’autres encore qui pédalent fort. Il fait bon, la voie est agréable, bordée d’arbres qui créent un tunnel de verdure aux couleurs d’automne, je passe sur de petits ponts aux balustrades de bois qui enjambent de petites routes, avec quelques vues sur la campagne environnante, resplendissante en cette fin d’après-midi.

Un peu avant le bout des 4 premiers kilomètres aller, je rencontre des vaches qui paissent tranquillement dans leur pré, une fois n’est pas coutume, non des vaches limousines comme on en rencontre partout en Limousin, mais des noires et une autre, fauve et blanche sur le front, je les prends en photo et je ne peux bien sûr m’empêcher de penser au funeste sort que les humains réservent à ces vaches qu’elles soient d’ailleurs destinées à la production de lait ou de viande car, en fin de compte, les vaches laitières finissent quoi qu’il en soit à l’abattoir avant que leur chair ne soit vendue sous l’appellation « bœuf ».

DSC_0153.JPG

Je suis un rythme plutôt tranquille mais déjà exigeant pour le débutant que je suis encore, autour de 9 km/h, le rythme cardiaque est bon et à peu près stable. Lors du retour, je maintiens le même rythme et, même au cours du dernier kilomètre qui monte de manière plus sensible, je parviens à garder le cap moyennant un effort cardiaque plus important, j’arrive enfin à la petite gare désaffectée de Châlus d’où part la voie au moment même où une amie animaliste me rappelle, je souhaitais l’entretenir de l’interview sur des sentiers de promenade qu’une journaliste de France 3 souhaitait faire dimanche sur les dangers de la chasse pour les promeneurs.

Prochaine étape : 10 kilomètres sur la même voie puis 15 puis 26 qui correspondront à un aller-retour sur l’ensemble des 13 km du parcours. Pour aujourd’hui « mission Squadrunner completed ».

Joan-Cristòu

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1 thought on “Huit kilomètres sur la voie verte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.