Un week-end marathon sur la Côte d’Azur!

Aujourd’hui je vais vous parler de mon week-end sur la Côte d’Azur avec comme principal activité le marathon des alpes maritimes Nice-Cannes que j’ai couru le Dimanche 04 Novembre dernier ! C’est parti !

L’avant course

Pour commencer nous sommes partis (Je suis avec Anaïs, ma conjointe également membre de Vegan marathon) le Vendredi en fin d’après-midi en avion de l’aéroport de Roissy, ce qui me facilite la tâche sur beaucoup de courses et de voyages étant donné que j’y travaille. Après 1h de vol avec Easyjet, nous arrivons à Nice et je suis récupéré par ma tante qui habite à Cannes et qui nous logera durant notre court séjour ! Ça tombe à pic c’est le lieu de l’arrivée du marathon le surlendemain !

Bon il faut savoir que les 4 semaines précédents ce marathon, j’avais décidé d’être très sérieux et ai suivi une sèche qui m’auras fait perdre 4kgs. Sauf que je ne sais pas pourquoi j’ai complètement craqué à tous les repas précédents la course à commencer par le Vendredi soir. Après une grosse nuit, nous prenons le train direction Nice afin d’aller chercher mon dossard et de faire un peu de tourisme.

45560813_442957936233426_6530905980144713728_nLe village expo running du retrait des dossards est vraiment pas mal, il y a plein d’animations, pas mal de stands de courses notamment de marathons étrangers (Genève, Milan, Prague, Amsterdam, Stockholm dont l’organisatrice nous auras offert deux super bonnets car nous lui avions dit que nous étions déjà inscrits, top!) On retrouve également des appareils photos à disposition ou l’on peut se prendre et obtenir une photo gratuitement ! Je récupère ensuite mon dossard et ma première dotation qui est un super sac Sketchers aux couleurs du marathon ! On va également sur le stand de la SNCF pour récupérer un ticket  » All day  » pour Anaïs qui lui permettra de me suivre tout le long de la course car il y a plus de 7 points d’arrêts de trains sur le parcours : Super initiative de l’orga ! Je récupère également un bracelet d’allure, un petit truc que l’organisation a mis en place que je trouve super sympa, voyez par vous-même. Avant de partir, on s’enregistre également sur le registre des donneurs de moelle osseuse présent également sur le village : Une bonne action dont nous sommes très fiers ! Puis, avant de visiter la ville, nous partons ensuite manger, dans un petit restaurant vegan hyper sympa que je recommande sans hésiter où tout est fait maison et à la commande, le restaurant est situé dans le vieux Nice et s’appelle « Koko green vegan & raw », jugez par vous-même :

Le jour de la course

Le jour de la course, on se lève à 6h du matin car le départ est assez tôt : à 8h00 ! Comme d’habitude j’improvise un petit peu le petit déjeuner et il n’y a pas de règles : Pour cette-fois ci, ce sera uniquement une banane car je suis encore lourd des deux derniers où nous avons beaucoup mangé et surtout très tard.

Je prendrais le départ dans le sas des 3h45 avec Manu, le conjoint de ma tante qui participe également à la course sur un relais à 6, tant mieux je ne serais pas seul au départ! Le départ est donné sur la promenade des anglais dans une superbe ambiance rock’n’roll et nous avons donc 42,195kms à faire jusqu’à l’arrivée à Cannes !

Il fait assez chaud au départ, environ 18 degrés, mais sans soleil, je n’ai aucune prétention chronométrique sur toutes mes courses, mais j’aimerais bien rejoindre l’arrivée en environ 4h15-20 car il y a une belle côte au 30ème kms et surtout en négativ split qui est ma marque de fabrique. Je suis très vite emporté et j’essaie de me ralentir, je cours environ à 10km/h sur ce début de marathon, ce qui est largement suffisant, mais j’ai l’impression de me traîner, tant les gens me doublent.

Les 11 premiers kilomètres sont très plats et les paysages sont très beaux, on est principalement en bord de mer et il y a un léger petit vent qui vient rafraîchir donc c’est plutôt idéal en termes de conditions météo. J’aperçois ma tante et ma chérie qui m’encouragent partout là ou elles peuvent se rendre.

Au km 14, nous allons traverser un petit village en faisant beaucoup demi-tours sur environ 4 kms, j’appréhende car ce n’est pas ma tasse de thé ! Au final c’est génial, on se croise entre coureurs sur trois files, il y a beaucoup de supporters, beaucoup de spots musicaux, de Dj et de speakers donc ça passe super vite ! Puis ensuite on retourne en bord de mer, mais là le vent se lève, aïe aïe aïe, c’est assez dur d’avancer, parfois c’est dans le dos, parfoi de face, mais les jambes sont là et la tête également donc j’avance tranquillement jusqu’au semi ou je commencerais à accélérer.

45721207_356622978425887_6872329101055623168_n

La deuxième partie de parcours est différente, elle est beaucoup plus dure, beaucoup plus vallonnée, au 30ème km on se coltine une côte digne d’un trail urbain, c’est dur, je me dis que je vais craquer mais je tiens mon 11km/h quand même pour l’instant ! Au 33ème km, je discute avec une fille qui m’as dit m’avoir repérer de loin grâce au slogan de mon T-shirt : « J’avale les kms, pas la viande » dit-elle, ahah c’est presque ça ! Après quelques minutes on s’aperçoit qu’on habite à 15kms l’un de l’autre, le monde est tout petit. J’aperçois au km 36 ma petite chérie qui me demande si ça va, je lui réponds que oui, que je devrais faire un chronomètre plutôt pas mal mais que je ne peux plus accélérer, je n’ai plus le jus, je npeux que tenir le rythme et gérer jusqu’à la fin.

Jusqu’au 41ème km on se tapera des faux-plats montants, et enfin arrive le dernier km, tout en descente jusqu’à la ligne d’arrivée qui déroule le fameux tapis rouge de cannes (Bon ok, il est bleu en fait) que je franchis finalement en 4h02″19, temps réel et officiel. Je suis hyper ravi de ce temps qui me convient très bien, surtout à peine 1 mois après le marathon de Lyon que j’avais couru en 14min de plus alors que le parcours était beaucoup plus facile. Je récupère ensuite ma médaille que je trouve très jolie et mon t-shirt finisher technique aux couleurs de la mer:

En résumé : Il s’agit ici du premier marathon de France après Paris, et on comprend pourquoi : L’organisation est vraiment topissime et très carrée ! Le prix de 80€ n’est pas donné mais on obtient de belles dotations, un beau sac, un beau t-shirt, une belle médaille, et surtout un très beau parcours avec une très grosse ambiance tout le long ! Il reste cependant difficile d’aller chercher la performance sur ce parcours, il est important de le savoir, mais en tout cas, je le recommande vivement ! Je vous propose de terminer avec le best-of de la course qui la résume très bien :

AIO les amis.

Maxime.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.