Histoire d’un minimaliste

Bonjour à tous, petite digression sur mon parcours et mon histoire de runner. Je m’appelle Yohan, je suis né en 1988, je suis végan et contrairement à Forest Gump, je n’avais jamais pris de plaisir à courir sur de longue distance jusqu’a la révélation que je vais vous faire. J’ai toujours eu des douleurs aux genoux et aux chevilles. Dès que je courais plus de 10km je sentais des pointes derrière les genoux ou sur le tendon d’Achille. Je m’étais fait une raison, ça devait être ça de courir. Et puis un jour j’ai vu un mec avec des chaussures chelou, avec des doigts de pieds. Mon premier reflex a été de 1me marrer et ensuite de voir sur internet ce que c’était ces chaussures et c’est là que j’ai découvert les chaussures minimalistes. Je me suis plus particulièrement intéressé aux FiveFingers qui avaient piqué ma curiosité. Je me suis renseigné et j’en ai acheté une paire. Tout ce que j’avais lu à l’époque commençait par le même avertissement,

« Attention à la transition! »

Les ayant reçut j’ai donc fait attention! Mais une chose dont ils ne parlent pas forcément, c’est la douleur qui va avec cette transition… Les courbatures!!!!!! Sur des zones où je n’en avais jamais eu jusque là: Tibias, mollets, pieds, … Des courbatures aux pieds! Impensable! Mais si vous décidez de vous y mettre, ET je vous engage à vous y mettre, vous comprendrez.

Pourquoi je vous y engage? Que sest il passé pour moi? Pourquoi jai sauté le pas?

2Parce que j’avais mal. Mal aux genoux à force de courir sur de la route et d’encaisser les impact sans pouvoir les amortir. Parce que je voulais trouver une façon de courir qui soit plus naturelle et parce que quelque chose me posait problème dans les chaussures traditionnelles. Donc j’ai sauté le pas et me suis fixé comme objectif les 20km de Paris, c’était en 2014. J’ai eu un peu plus de 6 mois pour m’y préparer … MAIS MON DIEU vous devez vous dire « avec des chaussures inconnues et une nouvelle façon de courir, comment a-t-il pu m’en sortir vivant? »

3Eh bien … suspense …  j’ai pris mon temps déjà, j’ai commencé par des courses, non pas kilométrées mais chronométrées. J’ai commencé par des courses de 15min, et croyez moi c’est bien pour un démarrage. Et au fur et à mesure j’ai augmenté, 20 min, 30min …etc. Au bout de 6 mois je courais pendant 1 heure et quelque sans problème et je suis donc parti pour les 20KM de Paris. Les ayant déjà couru (en 2h09min), je m’étais fixé plus ou moins le même chrono. Mais puisque sur la première édition, j’ai souffert à partir du 13ème km, j’attendais ce 13ème avec une grosse appréhension. Lorsque j’ai passé la marque du 13, rien! pas de douleur, direction le 14, le 15 puis le 16 et ainsi de suite. Pas de douleur, je n’avais pas cette impossibilité de poser le pied que j’avais connu par le passé. Je me sentais bien et je me dirigeais vers la ligne d’arrivé. Résultat en ayant couru assez peu lors de mes entrainements, 1h57min. Aujourd’hui je me prépare pour le marathon et j’enchaine des 30km sans douleurs et j’en suis heureux.

Alors qu’est ce qui justifie ce changement physiologique et cette absence de douleur ?

Tout simplement le style de cour5se, avec des chaussures minimaliste, le talon ne tape pas le sol, l’impact ne remonte pas dans le genoux ou dans la hanche, ou pire encore dans le dos… Le choc est absorbé par la chaîne articulaire de la jambe qui joue son rôle. La cheville amorti et emmagasine l’énergie de l’impact, le genou et la hanche donne l’impulsion. Bref le corps travaille et ne subit plus ! Deux ou trois petites informations technique pour ceux qui souhaiteraient se lancer dans l’aventure (pas pour le marathon mais pour la suite) de la course minimaliste voir pieds nus.

6Premièrement votre posture, on ne se tient pas droit comme un piquet quand on court en minimaliste, le poids de corps est vers l’avant. Ce qui favorise une foulée plus naturelle et plus dynamique. Vous travaillerez moins en force. Et le rebond de la cheville vous aidera à avancer.

Deuxièmement votre attaque du sol, on attaque le sol avec les phalanges et le métatarse, pas avec le talon. Contrairement aux chaussures traditionnelles, il n’y a pas d’amorti du tout sur la semelle. Cette dernière n’est la que pour protéger des frottements et petits cailloux.

Troisièmement laissez travailler votre corps, en effet vos articulations ont besoin de s’exercer et de s’habituer aux mouvements. Que ce soit les chevilles, les genoux ou le bassin

Et enfin quatrièmement pensez au repos, surtout au départ de votre transition. Vous verrez que les courbatures sont vraiment plus intense au départ.

En bref, ECLATEZ-VOUS!  (Mais attention à la transition!)

Yohan Euthine

2 thoughts on “Histoire d’un minimaliste

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte. blog très intéressant. Je reviendrai. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.