LES YEUX CERNAY

Le premier challenge auquel j’ai participé ce dimanche 7 janvier 2018,  était le semi-marathon de Cernay la Ville dans les Yvelines. Le jour tant attendu arrive. Depuis que je suis les aventures des lapins runners, je me suis mis à vouloir moi aussi me lancer sur des défis aussi fous.

LE VOYAGE EXTRAORDINAIRE

J’ai préparé mes affaires la veille. Le réveil sonne. Il est 5 H 30. Il pleut à verse et il fait nuit. Une fois lavée et déjà habillé en végane runner, je me rends au RER A pour rejoindre Châtelet les Halles. Je dois prendre la correspondance du RER B. Sur le quai, je marche car j’ai un peu froid en me disant pourquoi je ne suis pas resté bien au chaud à la maison. La réponse est devant moi : je vois d’autre coureurs que j’ai l’impression de ne pas connaître, je me rapproche d’eux pour entamer la conversation et là, oh surprise il s’agit d’Émir, de Carole et de Flavien. Évidemment, quand on rencontre des personnes qu’on apprécie, la motivation revient, même si eux vont courir le marathon et moi pas. Nous faisons le voyage ensemble et nos lapins vagabonds descendent à Massy pour continuer le chemin en voiture. Ils doutent de la navette, ils ont raison et je termine le voyage en compagnie de Flavien.

dav

L’ATTENTE INSOUTENABLE

Arrivés à la gare de Saint-Rémy les Chevreuse, la navette nous attend et nous montons à bord. Il n’y a que 6 places. Un peu juste vu le monde. Quinze minutes après, nous arrivons au gymnase ou je dois récupérer mon dossard. Flavien va se changer et on se retrouvera plus tard. J’ai le numéro 492 tout simplement. Une paire de gants nous est offert. Je commence par une chose essentielle : trouver les toilettes. Ensuite, j’erre parmi les coureurs au milieu. Pour nous réchauffer, du thé nous est offert. Ça ne suffit pas. Il faut marcher dans le gymnase. A plusieurs reprises, je croise la mascotte sans y faire trop attention. Je repère les lapins et Flavien et rejoint leur groupe. Je retrouve Karine qui, sur le marathon de Sénart 2016, m’avait encouragé et photographié, j’apprécie encore. Cinq, dix minutes avant leur départ, je leur souhaite une bonne course. Alors que je suis à nouveau seul,  un asiatique me demande dans un anglais parfait de le prendre en photo avec une sorte de chouette ou hibou gris. (la mascotte).Ce que j’accepte avec plaisir en lui demandant de faire la même chose pour moi. Nous sympathisons et lui demande en combien de temps, il veut faire le semi et sa réponse est 2 h 00. Parfait pour moi, je lui propose qu’on court ensemble ce qu’il accepte volontiers. Il a un record de 2 h 10, peut-être vais-je pouvoir le faire passer sous la barre des 2 H 00, qui sait ?

LA COURSE BUCOLIQUE

 Avec Fungchao, nous partons ensemble à  une allure de 10 km/h., pour ma part, je suis en endurance et je me dis que je vais pouvoir le conduire à un record personnel. Le paysage est magnifique, bucolique et silencieux. Je suis obligé de le faire ralentir pour s ‘économiser. Nous nous arrêtons à chaque ravitaillement (il y en a 3)et nous marchons un peu pour récupérer. Nous marchons dans les côtes un peu raides et accélérons dans les descentes. Nous maintenons une allure régulière sur les 7 premiers kilomètres. J’ai divisé notre course en 3 phases. La deuxième, nous courons entre 10,5 et 11 et tout va bien pour Fungchao.

dav

Nous arrivons au 15ème kilomètres. Je dis à Fungchao qu’il n’en reste plus que 5. Mais il ne peut plus et me dit de partir devant. (Je regrette aujourd’hui de n’être pas rester avec lui). Je continue seul et remonte pas mal de coureurs et me dit que grâce à Fungchao. Avec un fort vent de face, je rejoins l’arrivée et finit en 2 h 01′. Je regrette de n’avoir pas de remise de médaille. (ça fait toujours plaisir). J’apprendrai plus tard qu’on peut la réclamer. Je profite de l’instant et je retourne vers la ligne d’arrivée pour encourager et accompagner Fungchao pour son arrivée. Il finit en 2 h 10′, il n’améliore pas son record personnel, mais ne régresse pas non plus. Nous échangeons sur la course. Je dois prendre mon RER à Saint-Rémy les Chevreuse. Je lui demande s’il est en voiture. Il me dis que oui, je lui demande s’il peut me déposer au RER, il accepte volontiers. A l’arrivée, nous échangeons nos numéros de portables et e mail.

Je suis satisfait de cette préparation pour l’écotrail de paris (80) 1ère phase. 2ème phase : 10 km compétition et loisir de Vincennes en mode fractionné long puis écotrail ou sortie longue). Ce que je retiens de cette journée, c’est les belles rencontres inattendues et peut-être la naissance d’une amitié.

Xavier Cornet

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.