Découvrir le yoga Ashtanga

Didier Dozias est un des VG-COACHES de VEGAN MARATHON. A travers l’enseignement du yoga, il essaie d’aider ses élèves à retrouver une place juste et pure au sein de leur corps. L’objectif est de leur permettre de trouver en eux-mêmes la justice et la vérité et d’être en harmonie avec l’Espace Universel. Didier pratique un Yoga postural qu’il adapte à chaque personne, cherchant à ouvrir la voie d’une nouvelle respiration, une respiration amplifiée, une respiration qui introduit à l’expérience de l’espace infini de l’univers. Pour lui, il s’agit d’initier à l’intérieur de soi le mouvement afin d’accepter que le Prana s’y installe et obliger le mental à ne plus perturber nos actes. Par l’expiration, le souffle accumulé et pacifié dans le corps peut se diffuser tout autour de soi et relier chaque être à l’univers tout entier. Aujourd’hui, le coach végane nous fait découvrir le yoga Ashtanga.

19143005_1917763935146790_763187824256862665_o

VMM : Qu’est ce que le yoga Ashtanga ?

DD : Le yoga Ashtanga est un yoga dynamique, mais surtout un système philosophique que Krishnamacharya, Sage et Yogi a développé après avoir voyagé dans l’Himalaya vers 1916. Pendant sept ans il a appris l’Ashtanga Yoga près du Maître Sri Ramamohan Brahmachari. Dans les années 1930 il a transmis cette connaissance à de nombreux étudiants indiens et occidentaux. Parmi les plus connus, on peut compter Sri K. Pattabhi Jois, BNS Iyengar, Indra Devi et son fils TKV Desikachar. Cette pratique a ensuite été popularisée en occident 30 ans plus tard. Mais qu’est-ce que le yoga Ashtanga, quels sont les principes de bases, les bienfaits, les différences avec le yoga traditionnel, son histoire ?

VMM : Que signifie Ashtanga ?

DD :  Le terme Ashtanga provient des mots sanscrits « ashtau » qui signifie 8 et « anga » qui veut dire « membres ». Les 8 membres font référence à 8 pratiques essentielles dans le yoga Ashtanga que nous développerons plus tard : les règles de comportements, l’autodiscipline, les postures corporelles, l’art de respirer, la maîtrise des sens, la concentration, la méditation et l’illumination.

Le yoga Ashtanga est une forme de Hatha yoga au sein duquel les postures sont accompagnées d’étirements permettant de donner de l’énergie, de la force au corps ; et de contractions (Bandas) visant à accumuler le souffle vital (prana) dans les parties profondes des tissus du corps via une synchronisation des mouvement avec la respiration (vinyasa). La particularité de l’Ashtanga réside dans le fait que les postures s’enchaînent selon des séries prédéterminées, et qu’elles sont de plus en plus difficiles à réaliser. Tant qu’une posture n’est pas acquise, l’individu ne réalise pas celle qui suit. Cela lui permet d’acquérir de la patience.

Le corps se dynamise par le souffle, ce qui augmente la température corporelle et permet de détoxifier l’organisme. La pratique apporte de la tonicité, de l’énergie et la force nécessaire pour trouver le confort sans que les douleurs s’installent, pourvu qu’elle soit réalisée avec patience, humilité et compassion pour y trouver la voie de la Sagesse. La pratique du yoga a pour objectif d’ouvrir l’esprit à la méditation afin de favoriser un apaisement de l’état psychique, mais également de faire prendre conscience à l’individu de son potentiel spirituel.

VMM : Quelle est l’histoire du Ashtanga ?

DD : Les origines du yoga Ashtanga proviendraient d’un ancien texte intitulé “Yoga Korunta”. Ce texte a été écrit par Vamana Rish entre 500 et 1500 avant JC et redécouvert par Sri Tirumalai Krishnamacharya dans une bibliothèque universitaire de Calcutta. Spécialiste du Sanscrit ancien, il comprit que ce texte faisait partie d’une tradition orale bien plus ancienne (entre 3000 & 4000 ans avant J.C.), il commença à l’enseigner à Pattabhi Jois en 1927 lorsqu’il avait 12 ans. Patanjali conceptualise l’Ashtanga Yoga dans les Yoga Sutra comportant pas moins de 195 Aphorismes datant du 2ème siècle avant JC ou 400 ans après.

19144173_1917763525146831_8117554892961552494_oDans le livre II et III des Yogas Sutras, les techniques de l’Ashtanga sont énoncées, celles-ci sont liées à des activités purement yogiques et visent à provoquer l’ascèse : purifications, attitudes du corps, techniques respiratoires. Patanjali met un léger accent sur la pratique posturale, en effet, celles-ci doivent être transmises par des Maîtres ou Guru et non par des voix de description. Elles doivent également fournir une stabilité et réduire l’effort physique pour éviter la fatigue et l’énervement de certaines parties du corps. Elles stabilisent les processus physiologiques afin de permettre à l’attention de se focaliser sur la partie fluide de la conscience. Au début, les postures peuvent paraître inconfortables, voire insupportables. Mais avec courage, régularité et patience l’effort devient minime jusqu’à disparaître : cela est d’une importance capitale car la posture de méditation doit devenir naturelle afin de faciliter la concentration.

19149327_1917764208480096_5491684003378239215_nVMM : Le yoga Ashtanga serait un dérivé du Hata Yoga ?

DD : Il n’y a pas vraiment de dérivés de l’Ashtanga puisque l’Ashtanga, aujourd’hui connu sous sa forme physique et posturale, est lui-même dérivé du Hatha yoga, tout comme le Vinyasa yoga ou Iyengar yoga. Aujourd’hui, il existe différentes écoles désignant le yoga mais nous ne devons jamais oublier que le yoga est avant tout une philosophie, et que le corps est un instrument nous permettant de mieux agir sur nous et autour de nous.

VMM : Quels sont les principes du yoga Ashtanga ?

DD : Les principes du yoga Ashtanga reposent sur les huit membres développés par Patanjali dans son recueil intitulé « Yoga-sûtra », ils constituent une sorte de philosophie de vie qui implique :

Les règles de comportement (yamas)

Les yamas concernent nos relations avec les autres et les choses extérieures. Il y a 5 yamas que l’individu doit respecter : ne pas faire de mal, être honnête, ne pas voler, être fidèle ou abstinent (brahmacharya) et ne pas être avide. La première forme de yama est ahimsa qui signifie ne causer aucune douleur à aucune créature, ne pas faire de mal, ne pas tuer par aucun moyen et jamais. Ce qui implique de devenir végétarien, végétalien ou végan.

L’autodiscipline (niyamas)

Le second membre fait référence aux règles que l’individu doit appliquer envers lui-même. Les niyamas sont : la propreté à l’intérieur, la propreté à l’extérieur, le contentement, la connaissance des textes sacrés. Cette dernière peut mener à l’abandon à Dieu si l’individu s’implique véritablement dans une spiritualité (sadhana) remplie de bienveillance, de félicité et de compassion.

Les postures corporelles (asanas)

Les postures permettent de dynamiser le corps, de le rendre plus souple et d’apporter de la stabilité et de la confiance en soi. Le but est de nourrir le corps du souffle vital (prana) dans chaque posture, afin de conduire à un état méditatif de lâcher prise. Les postures sont indispensables dans le yoga Ashtanga puisqu’elles permettent de corriger les déséquilibres et de se stabiliser afin d’unir le corps et l’esprit, comme dans toutes autres pratiques de yoga.

La respiration (pranayama)

Celle-ci inclut le souffle vital, la longueur du temps dans un cycle de respiration, la restriction du souffle et l’expansion ou l’étirement de la respiration. Pratiquer le pranayama aide à purifier les canaux essentiels à la vie sur terre et à éliminer le stress et les toxines physiques et mentales, Dans la pratique physique la respiration permet de faire monter la température corporelle, ce qui favorise l’élimination des toxines. L’inspiration et l’expiration doivent être de même durée et se faire par le nez par une respiration que l’on appelle ujjayi. En yoga Ashtanga et dans toutes les pratiques posturales, la respiration est très importante puisqu’elle est liée aux émotions.

La maîtrise des sens (pratyahara)

C’est le contrôle des sens qui peut mener à la stabilité intérieure, cela est possible en dirigeant sa concentration sur le rythme respiratoire. Chercher à apaiser et maîtriser son esprit sans être affecté par un ou plusieurs de nos cinq sens aide l’individu à progresser vers la concentration jusqu’à les bloquer. L’individu ne porte plus attention aux choses extérieures afin de se concentrer sur lui-même et ses sensations internes.

La concentration (dharana)

L’attention de l’individu doit être focalisée sur un objet extérieur, une vibration ou un rythme à l’intérieur de soi.

La méditation (dhyana)

Le travail sur la concentration permet la pratique de la méditation, qui consiste à cesser toutes activités mentales, là ou aucune pensée n’existe.

L’illumination (samadhi)

Cette dernière étape constitue l’alliance entre le soi (atman) et l’absolu (brahman), dans la philosophie Bouddhiste on l’appelle nirvana, c’est l’état de la pleine conscience.

19366354_1917764211813429_8710999732041642072_nVMM : Quels sont les bienfaits du yoga Ashtanga ?

DD : Le yoga Ashtanga permet de :

  • Réduire les toxines : la pratique du yoga Ashtanga provoque une augmentation de la température interne à l’origine d’une hausse de la transpiration. Cela permet une élimination des toxines de l’organisme.
  • Renforcer les articulations du corps : l’utilisation de postures variées et dynamiques favorise un bon fonctionnement des articulations.
  • Augmenter l’endurance et la flexibilité
  • Perdre du poids : une étude menée sur 14 enfants âgés de 8 à 15 ans et présentant un risque de développer un diabète de type 2 a montré que le yoga Ashtanga était un allié efficace pour perdre du poids.
  • Réduire le stress et l’anxiété : la méditation et les exercices de respiration sont favorables à une meilleure gestion du stress ainsi qu’à une réduction de l’anxiété.
  • Il équilibre les Doshas en Ayurvéda.

VMM : Mais quelles sont les différences avec le Yoga traditionnel ?

DD : Dans le yoga Ashtanga, les individus restent moins longtemps dans une posture car chaque posture est liée à un nombre défini de respirations (5 ou 8), ce qui permet un enchaînement rapide de plusieurs postures. Cela demande donc plus d’investissement physique et en fait un yoga plus dynamique que le yoga traditionnel. De plus, la technique de respiration est particulière et la durée de l’inspiration et de l’expiration sont déterminantes dans la transition des postures.

VMM : A qui s’adresse le yoga Ashtanga ?

DD : Cette forme de yoga est principalement destinée aux individus qui souhaitent entretenir leur condition physique et décharger leurs énergies négatives, pour en acquérir de plus positives. Par ailleurs, il est préférable que l’individu soit motivé puisque le yoga Ashtanga prend tout son intérêt lorsqu’il est pratiqué sur le long terme. Bien entendu nous le conseillons aux runners de VEGAN MARATHON, le yoga et la méditation sont des pratiques complémentaires de la course à pied.

19224753_1917763808480136_6256263369963725228_n

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.