Edmond Simeoni : Il faut partager et internationaliser l’information

Edmond Simeoni Conseiller technique 7.png

Nous avons rencontré Edmond Simeoni, médecin gastro-entérologue, passionnée de sport, militant infatigable, président de Corsica Diaspora et amis de la Corse, figure de proue du mouvement autonomiste corse et Conseiller Technique de VEGAN MARATHON. Entretien sans langue de bois.

Edmond Simeoni Conseiller technique.png

Pourquoi êtes-vous devenu conseiller technique de l’Ong Vegan Marathon ?

Si ma passion est le sport, le principal accomplissement de ma vie est la médecine, avant la politique. A ce titre je suis heureux d’apporter ma contribution à une organisation aussi ambitieuse que Vegan Marathon, présente sur tous les continents.

Le sport, l’environnement et l’alimentation sont les sésames de la santé publique. Vegan Marathon permet aux véganes de s’intéresser aux sports, et aux sportifs de s’intéresser au véganisme, un mode de vie juste et éthique.

Quel est votre premier conseil ?

Il faut avoir une activité physique régulière, écouter son corps, prendre du repos en fonction de ses besoins et avoir une alimentation contrôlée. Faire du sport c’est anticiper et prévenir les risques. Dans le domaine de la santé, il n’y a pas d’autre voie que celle de la prévention. La médecine préventive est de surcroît un facteur de justice social car l’accès aux soins de qualité est de plus en plus lié aux revenus de chacun.

Vous n’êtes pas végane ?

Je suis très proche de ce mouvement avant-gardiste, dont j’apprécie la méthode bienveillante et le dynamisme. Alerté sur les réalités de l’exploitation animale en 2012, lors de la création du Collectif Vegan Corsica par Magà Ettori, j’ai suivi son développement rapide avant d’en devenir acteur à mon tour.

Magà Ettori vous as initié au véganisme ?

En effet, nous nous connaissons depuis très longtemps et il fallait sa force de conviction pour me faire participer à des actions ou des organisations parfois très éloignées de mon champ d’action habituel (Corsica Cinéma, Irca, Sénat, Cadet, …).

Edmond Simeoni Conseiller technique 3

Votre meilleur souvenir ?

Ils sont nombreux et parfois improbables. En 2007 par exemple, nous avons enregistré Lettera à l’umani à Rcfm pour le bicentenaire Pasquale Paoli dans son spectacle sur la Révolution Corse. Un immense spectacle que nous avons vu à Paris avec mon épouse. Une belle réussite qui a eu logiquement les éloges du journal de 13h et de toute la presse nationale. Quand il était en fonction à Corsica Diaspora, Magà m’a habitué à ce type d’exploit. Il a une énergie incroyable et beaucoup de sincérité dans ses engagements. C’est aussi un cinéaste de  talent, Faeryland, le premier film végane, dont je parle à plusieurs reprises sur mon blog est une vraie réussite.

Charcuterie, fromage, la Corse est loin de la culture végane ?

Depuis sa création en 1944 par Donald Watson, le mouvement végane évolue et s’adapte à son temps et se modernise. La Corse connait de profondes mutations sociétales et sans être Nostradamus je prédis que le véganisme devrait bientôt recevoir un écho positif sur l’île.

Il y a l’aspect santé d’une part et l’immense respect des corses pour le monde animal, mais également l’aspect économique. Quand on voit ce qui se passe à la Syllicon Valley, il apparaît comme une évidence qu’une filière végétale aurait du sens dans l’île et pourrait intéresser nos chercheurs à l’Université Pasquale Paoli.

Et la tradition ?

J’ai beaucoup de respect pour la tradition. La santé et le bien-être ne peuvent pas être sacrifiés sur l’autel des traditions, voire sur l’écume des traditions. Si dans l’imagerie populaire la charcuterie et le fromage sont partie intégrante de l’alimentation des corses, en réalité la Corse compte aujourd’hui moins de 200 petits producteurs et sa production totale culmine à 900 tonnes de charcuterie à base de porcs locaux. Une grande partie de cette production est d’ailleurs réservée au tourisme.

Edmond Simeoni Conseiller technique 4.pngLa santé avant tout ?

Un médecin ne peut pas vous répondre autre chose. En 2015 l’Organisation Mondiale de la Santé a classé la charcuterie dans la catégorie des aliments cancérogènes pour l’homme. Quant au lait, il est évident que Pierre Mendès France s’est trompé en instituant le verre de lait à l’école : le Word Cancer Research Fund estime qu’un régime riche en calcium augmente le risque de cancer de la prostate.

Nous savons qu’au-delà de 3 ans l’Humain ne digère pas le lactose. Que ce soit le lait de vache et ou le lait de chèvre entiers c’est la même chose. Ils sont quasiment identiques en termes de composition nutritionnelle. Quant au lait de brebis il se distingue surtout des deux autres par sa forte teneur en graisses, deux fois plus.

Toute personne attentive à sa santé, doit tenir compte du fait que les produits laitiers sont des aliments acidifiant pour notre corps, qui puisent dans ses réserves d’éléments basifiants  pour rééquilibrer sa balance acido-basique, c’est-à-dire dans le calcium des os. Cela a pour effet d’augmenter le risque d’ostéoporose mais aussi d’entraîner des inflammations au niveau des tendons, des articulations, des muqueuses et de l’appareil digestif.

Les thèses défendues par les véganes sont loin d’être incongrues. La viande rouge est classée dans la catégorie des aliments probablement cancérogènes par l’OMS qui estime que le risque de cancer colorectal pourrait augmenter de 17% pour chaque portion de 100 grammes de viande consommée par jour. Le veau et le porc sont considérés comme des viandes rouges par l’OMS.

Pourquoi toutes ces considérations d’un point de vue strictement liée à la santé, ne sont-elles pas une évidence pour le grand public ?

Les crises sanitaires se répètent inlassablement. En France je citerais le scandale du sang contaminé en 1985 qui est le plus emblématique. A l’international j’évoquerai la maladie de la vache folle en 1996, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2003, la grippe aviaire H5N1 en 2004, la grippe porcine H1N1 en 2009, la maladie d’Ebola en 2014, le virus Zika en 2015.

L’OMS et la Commission Européenne se heurtent aux prérogatives des États, eux-mêmes soumis à la pression des lobbies.

Edmond Simeoni Conseiller technique 6.png

Les lobbies ?

Oui, comme les lobbies du lait qui financent largement la recherche publique et notamment l’Inra.

Quelles sont les solutions ?

La vigilance de tous. L’engagement pacifique et responsable est fondamental pour briser la soumission de la finance, de l’égoïsme et des intérêts particuliers.

La non-violence et l’image du sport sont des armes utiles qui servent la paix. De plus en plus de champions de très hauts niveaux se tournent vers une alimentation végétale, et leur exemple est important.

En tous lieux, de tous temps et dans tous les domaines la priorité doit être donnée fermement à la démocratie, à l’éthique, au civisme, à l’éducation et à la formation, au partage, à la fraternité et à la  solidarité.

Il faut favoriser le vivant sous toutes ses formes, enseigner le respect du monde animal, enraciner la paix et faire progresser la société de manière plus juste et plus équitable.

La pédagogie et l’éducation sont fondamentales. Il faut que la jeunesse ai accès à des connaissances qui ne soient pas tronqués ou partielles.

Il faut partager et internationaliser l’information. Vegan Marathon est la plus grande équipe de runners véganes et végétariens sur la planète, ce qui lui garantit à travers ses réseaux direct de pouvoir toucher l’opinion et la conscience publique internationale.

Edmond Simeoni Conseiller technique 5

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.